HotS et LoL

Heroes of the Storm et League of Legends

Etant un joueur de ces deux jeux, je vais ramener ma fraise et en faire un sujet pour nourrir ce blog qui est loin d’être le reflet de toutes mes réflexions virtuelles. Je vais m’en excuser par cette relativement grande analyse.

heroes-of-the-storm-logo-1920x1080 signup_logo2_clean

Dans la famille DotA, je voudrais : LoL. Entré en phase bêta il y aura 6 ans dans une semaine, ce jeu compte aujourd’hui des dizaines de millions de joueurs et il est devenu la référence dans son domaine. Prenez maintenant une loupe : au milieu de tous ces joueurs, il y a moi. Et moi, je trouve ce jeu grandiose.

Oui, mais objectivement ?

LoL a pu évoluer pendant six ans. Il a changé deux fois sa carte principale de jeu. Son ancienneté est paradoxalement à l’origine de sa modernité : ses graphismes nets et sans répliques (sauf pour Nautilus) décrivent à la perfection ce qui se passe. Tout a son effet visuel, même les effets passifs des objets qu’on achète. Grâce à ses longues études et à ses énormes échantillons de joueurs, LoL a su évoluer au jour près pour correspondre aux envie des joueurs. Indépendant (c’est « Riot Game« , ne l’oublions pas), il est pourvu de son univers personnel que rien en-dehors du jeu ne peut gâcher. L’apparition de personnages et d’objets de plus en plus époustouflants et originaux à chaque mise à jour fait fureur, et elle est compensée pour les anciens joueurs grognons par des ajustements perpétuels des « antiquités », qui renouvellent au passage le gameplay.

2372662-cursedhollow03 original

Les critiques portent souvent sur le manque de diversité, la répétitivité. Et pourtant, si c’est bien vrai pour les modes de jeu, les personnages foisonnent et les combinaisons synergiques entre eux continuent de surprendre les vétérans. Encore que, ces jours-ci, un mode de jeu temporaire est en place.

Addictif, LoL expose le joueur aux dangers de la rage (hein Gnar ?) et de la frustration. Pourtant, là encore on trouve le côté rassurant : tout est mathématique. L’unité de distance utilisée est obscure mais elle définit tout : l’épaisseur des murs ajustée depuis la nouvelle carte principale, la vitesse de déplacement, la portée des personnages tireurs. Les points de vie sont agrémentés d’un quotient d’armure et de résistance magique propre à chaque champion, qui se soustraient respectivement aux dégâts physiques et magiques, et qu’on peut améliorer en effectuant des achats avec des pièces d’or dûment gagnées au combat selon des caractéristiques bien  précises et pleines de pourcentages. C’est peut-être pour ça que le jeu est PEGI 12 : il faut avoir un minimum de connaissances en maths pour ne pas être frustré et se perdre dans tous ces nombres. Pas besoin non plus de connaître les équations du second degré !

Pour ceux qui savent accepter leur défaite, le jeu laisse aussi une grande place à la réussite personnelle : doublés, triplés…quintuplés et séries de meurtres sont propres au joueur et tout à fait exaltants pour qui arrive à en faire un / une.

Dans la famille Blizzard, je voudrais : HotS. Lancé en bêta fermée en janvier de cette année, ce jeune jeu se place en concurrent direct de LoL, devant les autres MOBA, et se targue de satisfaire le joueur par les aspects habituellement rebutants de LoL.

heroes-10-52836c9bdde39 Screenshot3045.bmp_6WvLbnd

Sur LoL, un meurtre est personnel, on l’a déjà dit. Cela laisse la possibilité de tuer un ennemi qu’un allié dominait et était sur le point de tuer lui-même. Frustrant pour l’allié, ce geste s’appelle « KS » (pour kill stealing). Absente parmi les joueurs de haut-niveau, cette notion est pourtant à l’origine des pires comportements. HotS a su y faire face : tout est mutualisé, tout est travail d’équipe…y compris le meurtre, qui est attribué à l’équipe et pas au joueur qui a donné le coup fatal. Le carrying (fait de ne devoir la victoire qu’à un seul joueur) n’existe pas, et les quintuplés ne sont plus une affaire personnelle. Vous me direz : « cela nuit à mon plaisir, je veux être meilleur que tout le monde, ou au moins faire mes belles actions ! » Pourtant, non : on sera fier d’avoir ralenti un ennemi pour permettre sa mort. On peut même être content de perdre une minute à être mort si son sacrifice a permis une action décisive. Il suffit d’avoir un peu le sens du travail d’équipe. Comme sur tous les MOBA, en fait. Et cette façon de jouer permet parfois des retournements de situation pour peu que vos équipiers aient de la stratégie…Impossible sur LoL quand un joueur a acquis trop d’expérience : il devient invincible et carry. Egoïste, non ?

HotS propose plus de diversité…dans les modes de jeu. Le choix de la carte est automatique et de nombreux gameplays et objectifs existent. Une excellente idée freinée pour le moment par le très petit nombre de personnages disponibles.

HotS dépend d’une grande filiale séculaire du jeu vidéo : Blizzard. Cela l’astreint à un cadre de jeu très précis pour satisfaire les transfuges de WoW. Pour ceux de LoL, il faudra se faire à l’univers de World of Warcraft adapté aux MOBA ou mourir. Tout comme aux effets visuels un peu kitsch signés Blizzard, « Jeux de la Fin des Années 1990 & Associés ». Rondouillards et guillerets, les contours feront bien se marrer les amoureux du réalisme : coucou, je suis Diablo, je fais trois mètres de haut et ces trois brins d’herbe me cachent aux yeux du mec qui monte un cheval.

Si on peut trouver du bon dans tout ça à propos de HotS et même adorer le jeu tel qu’il est (c’est bien mon cas !), il lui manque définitivement quelque chose. Une boutique en jeu, par exemple. Voir ses dégâts ne s’améliorer que par le choix d’un « talent » tous les quelques niveaux (d’équipe !) et tout ignorer des données réelles sur la vitesse d’attaque et de déplacement…A vous de me contredire, joueurs d’autres MOBA, mais pour un natif de LoL, c’est un peu trop flou.

Bien que j’aie clairement eu l’air de défendre LoL dans cette étude (eh, c’est quand même LoL que je préfère !), il est très agréable de faire un peu de HotS après une longue et dure journée à supporter les travers communautaires et techniques de LoL, et d’écouter les dialogues déjantés ou les remarques marrantes du commentateur signés Blizzard. Donc, gamers de tous les pays, unissez vos jeux ! Il y a bien assez de place dans un ordinateur pour que LoL et HotS s’entendent.

C’était un article chaud (hots) et drôle (lol) par Orikrin. Et ça, c’était un jeu de mot nul.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s