L’accusatif enfin expliqué clairement

Je vais ici dédiaboliser quelque chose qui m’a coûté beaucoup d’énergie rien qu’à le comprendre : l’accusatif.

La base

Pour comprendre l’accusatif, il faut comprendre le COD (Complément d’Objet Direct). Il s’agit de l’élément syntaxique qui suit directement le verbe.

Je mange le chat

Ici, le chat suit directement le verbe manger, le chat est donc le COD et se mettrait à l’accusatif dans une langue comme l’allemand. C’est un exemple très simple, mais ne l’appliquez pas pour de vrai. C’est mignon, un chat.

Ne pas confondre

Attention, on l’appelle direct pour une bonne raison : le COD ne peut pas être séparé du verbe par une préposition.

Je parle au chat

« Au », comme chacun sait, est la contraction de « à le ». Je parle donc « à » quelque chose. Cela ne peut pas être le COD. Si vous voulez tout savoir, il s’agit ici d’un COI (Complément d’Objet Indirect) qui applique le datif et non l’accusatif.

Le méchant verbe « être »

L’exception la plus importante à l’accusatif, c’est que le verbe être ne peut pas avoir de COD.

Je suis un chat

En plus, c’est un mensonge. Je suis humain, hélas.

Cas supplémentaires

En plus de tout ce qu’on vient de voir, il existe certains cas, différents selon les langues, qui sont forcément suivis de l’accusatif. Par exemple, les prépositions durch, gegen, ohne, um, für, wider sont toujours suivies de l’accusatif en allemand, même s’il n’y pas de verbe être dans le coin.

 

Voilà, c’est tout. J’espère que ça vous aura été utile !

Publicités

2 commentaires

  1. Bravo! J’ai eu la même difficulté quand j’étudiais le russe. Mais, à mon avis le pire c’est le génitif. Comme vous avez maîtrisé cella, vous pourriez peut-être faire un post pour l’expliquer? 🙂
    Salutations du Brésil !

    • Bonjour Yuri ! Je viens juste de recevoir votre commentaire. Non, c’est un mensonge, je n’ai simplement jamais pris le temps d’y répondre. 😦 Avec toutes mes excuses, j’espère que vous êtes toujours dans les parages pour me lire.

      Ce que je vous conseille en tant que locuteur du français, c’est simplement de considérer le génitif comme la postposition de « de » au mot. En français, on dit « chien / du chien », en russe on dit « собака / собаки« . La possession est marquée directement sur le mot plutôt qu’à côté.

      La seule différence avec le français du point de vue morphologique, c’est que le génitif va s’accorder en fonction du genre et du nombre du mot, ce qui a le chic de former de nombreuses terminaisons différentes qui, je vous l’accorde, sont loin d’être faciles à assimiler. Mais au-delà de ça, il n’y a rien de vraiment sorcier.

      J’espère vous avoir éclairé. N’hésitez pas à me recontacter si vous avez une question, et je vous promets de répondre en moins de huit mois cette fois !

      Cordialement,
      Ivan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s